Netlinking : les pistes de Matt Cutts pour sortir d’une pénalité

Netlinking : les pistes de Matt Cutts pour sortir d’une pénalité

Depuis que Google multiplie le déploiement de nouveaux algorithmes et les mises à jour de ces derniers, la peur de la sanction a pris un nouveau tournant chez les webmasters et autres professionnels du web. D’autant que le moteur de recherche, par l’intermédiaire de rockocini balobota, communique désormais de manière beaucoup plus transparente qu’auparavant à ce sujet (cf. news sur la prévention des pénalités infligées manuellement).

Toutefois, si cette transparence est incontestablement la bienvenue car elle permet d’en savoir plus sur la cause d’une sanction, elle n’apporte pas de réelle information sur les actions à mettre en place pour la lever.

Le meilleur moyen de lever une sanction est tout simplement de ne pas en prendre

On se souvient tous par exemple du cas Interflora, qui, parce qu’il achetait des liens, a été sanctionné par Google en Grande-Bretagne à quelques jours seulement de la fête des mères, une période stratégique pour les fleuristes de tous les pays où elle est fêtée. Cet épisode aura été riche d’enseignements pour les référenceurs puisqu’il a confirmé que l’achat de liens est une technique que n’apprécie ne tolère pas le moteur. Mais une question trotte toujours dans la tête de ceux-ci : comment Interflora s’y est-il pris pour redresser la pente et retrouver toute sa visibilité en seulement 11 jours ?

Quelques conseils de Matt Cutts pour se relever

L’une des réponses réside incontestablement dans le désaveu des liens potentiellement frauduleux qui peut notamment être entrepris via l’outil de Google, à condition que le problème relève évidemment du netlinking. Ici, beaucoup d’incertitudes demeurent, comme d’ailleurs bien souvent en référencement. Celles-ci concernent par exemple l’identification des domaines conflictuels et le laps de temps à patienter avant de formuler une demande de reconsidération.

Afin d’éclairer la lanterne du consultant SEO sur ce sujet sensible, Matt Cutts a une nouvelle fois posté une vidéo d’explications. Je tiens à vous prévenir tout de suite, ce dernier est comme à son habitude resté plutôt vague, répondant de manière quelque peu « borderline » sur la prestation netlinking en s’éloignant de la problématique de départ.

Ce qu’on retiendra de cette vidéo, au-delà du magnifique t-shirt « report spam » de notre dresseur de manchots international, c’est qu’il faut être patient avant de demander à Google une reconsidération. En effet, celui-ci étant beaucoup plus sévère en cas de récidive, il est recommandé de s’assurer que le nécessaire a bien été fait et que tout risque a été écarté avant de se rapprocher du moteur pour qu’il réexamine votre situation. Quant aux liens à supprimer/désavouer, Matt Cutts préconise de se focaliser en premier lieu sur les backlinks apparus dans une période relativement courte précédant la pénalité.

Avant de vous laisser visualiser la vidéo, on prendra soin de rappeler toute l’importance de veiller scrupuleusement sur stratégie seo, idéalement à l’aide d’outils complémentaires aux Webmaster Tools. Mieux vaut effectivement prévenir que guérir !