Trek du camp de base de l’Everest : se préparer à l’altitude

Trek du camp de base de l’Everest : se préparer à l’altitude

Du haut de ses 8848 mètres d’altitude, l’Everest fascine par la beauté de ses sommets et attire les voyageurs les plus intrépides. Si cette randonnée offre des paysages uniques au monde, elle est aussi exigeante au niveau physique et requiert une certaine préparation. 

L’ascension jusqu’au camp de base de l’Everest, un trek inoubliable

Le trek du camp de base de l’Everest est considéré comme l’une des plus belles randonnées du Népal. Il permet aux randonneurs de profiter de l’incroyable panorama qu’offre la chaîne de montagnes himalayennes et constitue pour les plus téméraires la dernière étape avant l’ascension de l’Everest. Le chemin que vous emprunterez vous permettra d’observer les trois sommets les plus hauts du monde, qui culminent à plus de 8000 mètres : l’Everest bien sûr, ainsi que le Makalu (8475 m) et le Lhotse (8383 m).

Mais ce n’est pas seulement une randonnée qui offre aux voyageurs des paysages époustouflants, c’est aussi l’occasion exceptionnelle de découvrir la culture sherpa. Tout au long du chemin, jalonné par des moulins à prières colorés, des rivières et des ponts suspendus, vous pourrez découvrir les villages les plus hauts du monde : Namche Bazar, village frontière entre le Tibet et le pays sherpa, et Khumjung et Thengboche, qui font partie du parc national de Sagarmatha (classé au patrimoine mondial de l’UNESCO). La culture sherpa, qui met la spiritualité au centre des préoccupations quotidiennes, compte de superbes monastères que vous pourrez visiter lors de ce trek.

La convivialité aussi est au rendez-vous : lors des étapes vous pourrez vous détendre et prendre un repas chaud en discutant avec des randonneurs venus du monde entier. Généralement, il est conseillé de prévoir un voyage aventure en petit groupe respectant la philosophie du tourisme responsable et mettant à disposition un guide local francophone facilitateur de rencontres comme le propose Huwans ClubAventure par exemple.

La préparation indispensable pour un trek réussi

S’il faut être conscient que ce trek est considéré comme relativement difficile, il est cependant accessible à toute personne en forme physique normale, à condition de prendre ses précautions et de bien se préparer.

Votre équipement constitue bien sûr un aspect indispensable de la préparation du voyage. Veillez à emportez l’intégralité de votre matériel habituel de marche en moyenne et haute montagne (très bonnes chaussures de marche, veste polaire, veste imperméable), ainsi qu’un équipement spécifiquement adapté au trek dans cette région en emportant en priorité tout ce qui vous permettra de vous isoler du froid. Votre équipement devra comporter : un sac de couchage adapté aux températures négatives, des gants, un bonnet, une doudoune, des T-shirts en matière synthétique pour absorber la sueur, et des sous-vêtements Thermolactyl®. A prévoir également des lunettes de soleil de catégorie 4 et un écran solaire haute protection.

Pensez à voyager léger (entre 10 et 15kg de bagages) afin de ne pas surcharger les porteurs. En effet, vos bagages peuvent être pris en charge par des porteurs, ce qui vous facilitera évidemment cette marche au dénivelé très important. Il est conseillé d’emporter un sac de randonnée de grande contenance (50-70 litres) que vous confierez à vos porteurs et un sac-à-dos de petite contenance (20-35 litres) que vous porterez vous-même.

Rien ne sert de se presser, concernant l’ascension, l’adage « doucement mais sûrement » sera votre meilleur allié. Cela vous évitera la fatigue, vous permettra de profiter au maximum des paysages, mais surtout de vous préserver du pire ennemi des trekkeurs : le mal des montagnes. Il s’agit d’un point de vue physiologique de la diminution de la quantité d’oxygène présente dans les cellules, générée par la baisse de la pression atmosphérique. L’ensemble des symptômes comporte : maux de tête, vertiges, insomnies, perte d’appétit et essoufflement. Sans gravité s’il est traité rapidement, le mal des montagnes peut causer la mort si les symptômes sont négligés. Il peut être évité tout simplement en faisant des étapes régulières pour s’habituer à l’altitude. En cas de persistance des symptômes, une seule solution : redescendre de quelques centaines de mètres d’altitude. S’il est bien sûr conseillé de pratiquer une activité physique qui vous fasse bénéficier d’un entrainement cardio-vasculaire pour se préparer, il ne faut pas oublier que rien ne peut réellement vous préparer à l’altitude élevée et aux dénivelés extrêmes de ce trek. Toute personne peut-être victime du mal des montagnes, même en étant en très bonne condition physique.

Enfin, concernant les vaccins, si aucun n’est obligatoire, certains comme le DT Polio et le vaccin contre la typhoïde sont très vivement recommandés. Sans oublier les vaccins « classiques » comme le vaccin contre les hépatites A et B et le vaccin antitétanique, qui peuvent aussi s’avérer utiles. Afin d’anticiper au mieux les désagréments que vous pourriez rencontrer sur place, il est conseillé d’emporter dans sa trousse de secours des anti-diarrhéiques et des antibiotiques pour le traitement des infections pulmonaires et des sinus.

Une bonne préparation est la clé pour profiter au maximum de ce voyage. Les hauteurs époustouflantes de l’Himalaya et la découverte de la culture locale feront de cette splendide randonnée un voyage inoubliable.