en

Du “mode gobelin” à la “désintoxication numérique” : voici les mots que vous entendrez le plus en 2023

Comme chaque année, l’Université d’Oxford s’est prononcée et a choisi le mot le plus représentatif de l’époque. Et ça ne veut rien dire de très bon

Nous ne savons pas si les protagonistes du Décaméron de Boccace ont connu de nombreuses séquelles et traumatismes après leur refuge dans les faubourgs de Florence en raison de l'épidémie de peste bubonique, mais ce qui est clair, c'est que le covid (nous répète-t-on) nous a tous changés. Non seulement parce que l'année 2023 est arrivée et que nous semblons toujours être dans d'étranges limbes au début de l'année 2020, quand tout a commencé, mais aussi parce que nous entendons sans cesse dire à quel point les maladies mentales ont augmenté à cause de la . Surtout chez les jeunes.

Trois mois d'enfermement ont fait beaucoup de chemin, car le mode de et la façon de penser de nombreuses personnes ont complètement changé. Certains ont décidé de revenir à leurs racines et de s'installer à la campagne, en priant pour qu'une hypothétique future épidémie ne les rattrape pas dans un appartement de 50 mètres carrés au centre d'une grande ville sans . D'autres ont modifié leur comportement, se sont isolés, ont abandonné leur vie sociale ou ont commencé à vivre avec une peur ambiguë et étrange qui, en partie, les hante encore.

Et comme sociologiquement nous avons tous été un peu touchés, il est naturel que le langage (qui, après tout, est ce qui marque l'évolution de la société) ait intégré de nouveaux mots qui font partie de cette nouvelle réalité dans laquelle nous nous trouvons, semblable mais pas la même que la précédente. La nouvelle normalité, disent-ils.

Le mode Gobelin, le gagnant selon Oxford

Le mode Gobelin est l'un de ces nouveaux mots. Selon l'université d'Oxford, qui en profite pour choisir un terme vedette pour la période de Noël, il a été le mot de l'année 2022 et sera probablement celui de l'année 2023. Chaque année, l'Université propose plusieurs mots pour que les gens décident lequel est le plus approprié pour l'époque, et cette année, le mode elfe a été le plus chanceux.

Le mode Leprechaun représente le fait d'en avoir assez après trois années bizarres, de se sentir anxieux et angoissé, et de vouloir s'éloigner de tout ça.

Mais qu'est-ce que cela signifie exactement ? Il s'agit d'”un type de comportement complaisant, paresseux et négligent qui rejette les normes ou les attentes sociales”. Dans le monde d'aujourd'hui, il ne pouvait en être autrement, cette façon de se comporter s'est également associée aux réseaux sociaux, où le naturel est prôné. Selon les experts, la pandémie a répandu ce phénomène d'apathie chez les jeunes, qui sont désemparés et déprimés face à un panorama décourageant et inquiétant.

Mais, insistent certains psychologues, le mode gobelin est quelque chose qui nous touche tous plus ou moins, et pas seulement les jeunes. La lassitude après trois années étranges, le sentiment d' et d'angoisse et le désir de s'éloigner de tout cela. Le mot englobe en quelque sorte le fait de ne pas se sentir coupable d'être apathique, une sorte d'auto-apologie pour ne pas vouloir sortir ou voir des gens, être en pyjama, laisser le monde continuer à tourner pendant que nous restons immobiles. En partie, c'est une étrange nostalgie de ce qu'étaient ces mois d'enfermement.

Les technologies ont apporté de nouveaux concepts tels que le FOMO (fear of missing out if we disconnect).

Ce sera le mot à la mode de 2023, peut-être, mais ce ne sera pas le seul nouveau concept de cette étrange ère dans laquelle nous vivons. Il y a aussi la digital detox, dont vous pouvez deviner la nature rien qu'en lisant le nom : il s'agit d'une période pendant laquelle une personne s'abstient d'utiliser des appareils électroniques (téléphones, ordinateurs, etc.) dans l'idée de réduire le , la fatigue, la dépendance ou (voici un autre mot pour la collection) la FOMO (fear of missing out si on se déconnecte). En d'autres termes, réaliser quelque chose que nos ancêtres ou nous-mêmes pouvions réaliser sans problème il y a seulement quelques années et que maintenant, cependant, et ironiquement, nous devons lire sur un site web pour comprendre les étapes à suivre pour y parvenir.

En effet, alors que 50 % des adolescents disent se sentir dépassés sans leur téléphone portable, une étude de Mind a révélé que les personnes qui posent leur téléphone pour passer du temps à l'extérieur sont de bien meilleure humeur. Et pourtant, selon les recherches de John Grock, 70 % des gens consultent leur téléphone le , au plus tard dans l'heure qui suit leur . Il est donc normal que d'autres néologismes soient apparus en dehors de la désintoxication numérique, liés à la : nomophobie (la peur irrationnelle de rester un certain temps sans téléphone) ou ningufoneo (le fait d'ignorer une personne et son environnement en se concentrant sur la technologie mobile, bien qu'il ne soit pas encore inclus dans le RAE), pour donner quelques exemples.

Oxford a également proposé “metaverse” et même le hashtag “#Istandwith”, devenu célèbre au début de la guerre en Ukraine.

Quoi qu'il en soit, comme nous le disions au début de l'article, Oxford a parlé et 93% des votes sont allés au mode lutin, devant metaverse (désolé pour Zuckerberg) ou même #Istandwith, un hashtag devenu à la mode sur les réseaux sociaux pour exprimer son à l'Ukraine. Il est assez significatif qu'à l'heure où les échos de la guerre résonnent sur tout le continent et où de nombreuses personnes doivent fuir leurs foyers, un mot qui représente le nombrilisme absolu, l'anxiété et la complaisance ait gagné. Les temps modernes, comme dirait Chaplin.

3.8/5 - (13 votes)

Je suis Laurence, rédactrice pour services-conseils.fr. Fervente amatrice de smartphones, notamment des iPhone, j'adore communiquer mes découvertes et opinions sur les récentes avancées et du secteur.