en

Étonnant et pourtant vrai : une enquête confirme que la grande majorité des personnes ont un avis commun sur chaque sujet

En général, nous avons de grandes idées fausses sur les autres groupes, largement fondées sur des stéréotypes.

L'ennemi, ce sont les autres. Les imaginaires sociaux, les préjugés et la polarisation amènent des monstres. Il est irrémédiable (et quelque peu vrai) de croire que nous avons peu de choses en commun avec ceux qui sont aux antipodes idéologiques de notre pensée.

Cependant, nous ne sommes peut-être pas aussi différents qu'on pourrait le croire. C'est du moins l'hypothèse avancée par le psychiatre Dylan Selterman dans “Psychology Today“, qui a cherché à réfuter l'idée de la More in Common“, qui se concentre sur les malentendus irrémédiables que nous avons avec les autres. Les résultats sont basés sur la population américaine, mais pourraient bien être extrapolés au reste du monde.

More in common” visait à combattre la polarisation négative et à accroître la coopération sociale, en partie en mettant en nombre de nos fausses hypothèses sur les attitudes politiques. Pour ce faire, ils ont mené une demandant à un groupe de personnes d'estimer, à partir d'une série d'affirmations, le pourcentage d'électeurs républicains/démocrates qui seraient d'accord avec elles.

Les résultats sont clairs : les libéraux et les conservateurs n'appartiennent pas vraiment à des “tribus” aussi différentes qu'on pourrait l'imaginer. Par exemple, les démocrates ont fortement sous-estimé la mesure dans laquelle les conservateurs soutiennent l'immigration légale ou se préoccupent du . De même, les conservateurs ont sous-estimé à quel point les démocrates soutenaient les flics ou se souciaient du socialisme. Les résultats sont clairs : les libéraux et les conservateurs n'appartiennent pas vraiment à des “tribus” aussi différentes qu'on pourrait l'imaginer.

La plupart des gens sont d'accord sur tout

Dylan Selterman a donc adopté un mantra : la plupart des gens sont d'accord sur la plupart des choses. Dans une autre récente, le même groupe de recherche a publié d'autres données sur ce sujet, en se concentrant cette fois sur les attitudes populaires envers l'éducation et l'histoire américaines. Ils ont demandé à un échantillon de républicains et de démocrates dans quelle mesure ils étaient d'accord avec une série de déclarations, tout en leur demandant d'estimer ce que l'autre groupe pensait de ces idées. Les chercheurs ont constaté le même schéma que précédemment dans leurs données d'enquête : les gens avaient des idées fausses majeures sur les autres groupes, largement fondées sur des stéréotypes.

“Alors que les progressistes insistent sur l'éradication des préjugés, ils fondent à tort certaines de leurs sur les conservateurs sur des stéréotypes négatifs et inexacts.”

J'ai commencé avec une idée simple“, explique Selterman. “Les libéraux et les conservateurs sont des alliés naturels dans la lutte contre l'autoritarisme, les préjugés et le sectarisme. Autre chose : je trouve ironique de penser que, alors que les progressistes insistent pour éradiquer les préjugés, ils fondent à tort certaines de leurs croyances sur les conservateurs sur des stéréotypes négatifs et inexacts. J'ai néanmoins bon espoir que nous puissions avancer dans une direction plus claire et plus positive pour atteindre nos objectifs communs pour la société“, conclut-il.

3.8/5 - (13 votes)

Je m'appelle Amélie et je suis rédactrice pour -.fr. Fervente adepte de et de fitness, je suis toujours à l'affût des dernières astuces et tendances. J'aime transmettre mes et opinions sur les innovations dans ces domaines.